Life is strange, le jeu à côté duquel vous ne pouvez pas passer!

Jeux vidéo

Aujourd’hui, on inaugure un nouveau tag: jeux vidéo! A vrai dire, il y a un tas de jeux d’hier et d’aujourd’hui dont j’aimerais vous parler, mais j’ai envie de commencer par Life is strange, une aventure narrative à côté de laquelle j’étais passée, que j’ai découvert récemment et qui m’a particulièrement marquée.

Avant toute chose, si vous vous attendez à lire une critique complète, que vous voulez en savoir plus sur les développeurs, l’aspect technique ou graphique du jeu, je vous invite à faire un tour sur Google, parce que de mon côté, j’ai prévu de vous parler de mon ressenti et des raisons pour lesquelles ce jeu est un véritable coup de cœur.

En bref

Pour vous mettre dans le bain, Life is strange est un jeu vidéo sous forme de film interactif composé de 5 épisodes dans lesquels vous suivez Max, 18 ans, qui revient dans l’Oregon dont elle est originaire, pour intégrer un cursus de photographie à l’université, après avoir vécu 5 ans à Seattle avec ses parents. Très rapidement, elle retrouve sa meilleure amie d’enfance qu’elle avait perdue de vue et se rend compte qu’il se passe des choses étranges à Arcadia Bay.

Predictability: Does the flap of a butterfly’s wings in Brazil set off a tornado in Texas?

Dès le début du jeu, Max découvre qu’elle a le pouvoir de remonter dans le temps, à court terme, mais suffisamment pour pouvoir revenir sur ses choix. Tout au long de l’aventure, il faudra donc faire des choix plus ou moins difficiles (spoiler alert: plutôt plus que moins) qui auront une influence sur la suite de l’histoire, la vie de Max et de ses proches mais aussi l’environnement qui l’entoure, le tout sur fond de disparition mystérieuse et d’enquête

En termes de gameplay, c’est très simple. Avec une vue à la troisième personne, il faudra déambuler dans les différents lieux et jongler entre dialogues, petites énigmes et utilisation du pouvoir de Max, sans grosses difficultés. Le jeu est vraiment axé sur le scenario et le but est vraiment de dérouler l’histoire, pas de piège, pas d’entourloupe (mot compte triple), vous ne pouvez ni perdre ni vous rater, ce qui en fait une aventure très accessible. Finalement, vous plongez dans l’histoire et vous vous laissez porter. Si vous n’êtes pas trop jeux vidéo, c’est probablement une bonne façon de mettre un pied dedans !

Pas de spoil, promis

Côté scenario, l’histoire est très prenante, j’ai eu l’impression d’être dans un crossover entre Pretty Little Liars, Véronica Mars et L’Effet papillon: entre l’environnement, l’enquête menée par Max et son amie et son pouvoir pour remonter dans le temps. On est vraiment dans l’histoire, on s’y croit et on a du mal à décrocher. Pour ne rien vous cacher, j’ai passé 12 heures de suite devant le jeu, j’ai fait le tour du cadran parce que je voulais aller jusqu’au bout. Vous savez, quand on attaque la première saison d’une série, qu’on accroche totalement et qu’en une semaine on a rattrapé son retard sur les diffusions US? Bah voilà, c’était exactement la même chose ! Chaque fin d’épisode donne envie de lancer le suivant, d’ailleurs si vous regardez Pretty Little Liars, la fin du premier et du second épisode vous rappelleront les fins d’épisode où on peut voir les mains de A en train de préparer son prochain coup. Vous comprenez donc que je suis bien contente d’avoir joué une fois les 5 épisodes sorties contrairement aux joueurs qui ont démarré l’aventure à la sortie du premier épisode et ont dû attendre plusieurs mois entre chaque épisode. En résumé, on a envie de démêler tout ça, chaque petit indice ou avancée donne envie d’aller plus loin dans le jeu et entre cinématiques et découvertes, on ne voit pas le temps passer.

La place du scenario donne la sensation d’être devant un film plus que devant un jeu vidéo. D’ailleurs, dans certains passages qui m’ont pas mal fait stresser, j’avoue que j’ai lancé donné la manette à Monsieur Poutounours qui était à côté et que tout de suite, ça m’a donné la sensation de me détacher de l’histoire et de prendre du recul.

A côté de ça, les personnages sont particulièrement attachants et au-delà de l’énigme principale, on peut avoir une lecture à plusieurs niveaux, entre les symboles récurrents et les réflexions sur les conséquences des voyages dans le temps et des modifications du passé. Le journal que tient Max permet d’en savoir plus sur ce qu’elle pense et ressent mais il n’est pas nécessaire de tout lire pour avancer dans le jeu, alors je l’ai laissé de côté au bout du deuxième épisode pour me concentrer sur l’avancée de l’histoire tellement j’étais fascinée. Je pense d’ailleurs que c’est ce qui me donne envie de le recommencer à l’occasion : j’ai beau connaître la finalité de l’intrigue, j’ai envie de découvrir tous les aspects du jeu, d’explorer toutes les possibilités, les choix et au passage, les quêtes secondaires comme les objets et situation à retrouver et photographier tout au long du jeu pour compléter la collection de photos de Max.

L’univers m’a totalement rappelé celle de ces séries aussi, entre le campus universitaire et les différents personnages assez typique : du proviseur aux étudiants en passant par les profs et les parents, on est vraiment dans le film ou la série américaine. Certains passages sont plus glauques que d’autres et le fait de pouvoir remonter dans le temps impliquera au fil des épisodes non seulement des cas de conscience mais aussi des situations un peu étranges et des conséquences qui peuvent sembler disproportionnées. La BO contribue énormément à cette immersion, la musique est à la fois hyper prenante et très juste dans l’histoire. L’ambiance sonore est assez géniale, notamment quand Max se retrouve dans des situations angoissantes et que le fond sonore devient totalement creepy, on s’y croirait.

Pour en revenir au pouvoir de Max, comme dans toutes les histoires de voyage dans le temps, je vous laisse deviner que les changements que vous ferez auront de lourdes conséquences sur le cours des choses. Les plus terre à terre d’entre vous diront que c’est totalement irréaliste, ça l’est ; les fanas de science-fiction diront que c’est absurde parce que Max peut remonter dans le temps tout en gardant le bénéfice de ses actions effacées ; moi je vous dirais simplement que c’est un jeu, que même si certains passages peuvent sembler bancals à ce niveau-là, c’est loin d’être ce qui m’a le plus marquée dans le jeu !

Pour conclure, terminer le jeu m’a fait le même effet que terminer un bon livre ou regarder l’épisode final d’une série : je m’étais attachée à la fois aux personnages et à l’histoire et j’avais envie d’aller plus loin encore. Depuis que je l’ai terminé, je n’ai qu’une envie c’est remettre ça en faisant des choix différents pour voir dans quelle mesure je peux changer le cours de l’histoire, faire toutes les photos pour compléter le journal de Max et prendre le temps de le lire entièrement. Je n’ai qu’un conseil : si vous avez un peu de temps, à raison de 2 à 3 heures par épisode, au lieu de regarder un film ou une série, lancez-vous, il est trop géniaaaaaaaaaaaaaaaal. Et en plus, l’épisode 1 est gratuit !

Article précédent
Article suivant

2 Comments

  • Reply
    Vic
    11 décembre 2016 at 18:04

    J’ai adoré ce jeu ! ^^
    La 1er premier fois je l’ai finis trés vite et la 2e fois j’ai recommencé en prenant d’autres décisions et en prenant mon temps 🙂

    • Reply
      Soy
      11 décembre 2016 at 18:07

      J’ai l’impression qu’on a tous le même pattern: une fois à fond et ensuite l’envie de recommencer plus lentement pour profiter vraiment du jeu!

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :